L’édition 2019 des championnats canadiens sur piste s’est déroulé du 27 au 29 septembre à Milton. Cette course est pour moi, ma dernière compétition de l’année et l’aboutissement de plusieurs mois d’entraînement. En raison du niveau très élevé, je considère cette course comme une occasion parfaite de tester mon niveau en comparaison aux meilleures filles du pays. C’est également une occasion pour apprendre.

Afin de me préparer, je suis arrivée quelques jours avant pour profiter d’un peu de temps de piste, grâce au support de l’équipe du Québec. J’ai donc eu la chance de teste mes braquets et de me réhabituer à la piste de Milton. Les sensations étaient bonnes, alors je me sentais en confiance.

Ma journée de course débute aux petites heures du matin, lorsque mon réveille-matin sonne à 5h30. Le stress commence à se faire ressentir un peu, mais l’excitation l’emporte. Une longue journée m’attend, car je suis inscrite à cinq épreuves. Au programme, un 200m lancé, un scratch, une élimination et une course aux points.

Sous les couleurs de l’équipe du Québec, je m’élance pour le 200m lancé. Je n’ai pas énormément d’attente puisque que je n’ai pas eu l’occasion de me pratiquer. Ainsi, mon attention est concentrée sur ma technique. Cela porte fruit, car je réalise mon meilleur temps à vie sur la piste de Milton. Ceci est de bon augure pour le reste de la journée.

Après un petit repos, je suis de retour en selle pour l’épreuve du scratch qui ressemble au principe d’un critérium. Le rythme est élevé tout au long de la course, alors il est important de bien se positionner afin d’économiser son énergie. J’ai donc pour objectif de réduire le nombre d’erreur stratégique que je commets. La course se déroule sans erreur majeure et je termine 9 ème.

Ensuite, la tempo race s’enchaîne. Pour cette épreuve, un point est attribué à la première personne qui franchit la ligne à chaque tour. Cela fait en sorte que le rythme de course est très élevé. Ensuite, mon épreuve préférée suit. Il s’agit de la course par élimination où la dernière personne qui franchit la ligne est éliminé à chaque deux tours. Il s’agit d’une épreuve qui m’avantage, car je peux compenser mon déficit de vitesse par rapport aux autres filles avec un bon positionnement. Cela me permet donc de me classer quatrième. Je suis contente de ce résultat, même si une erreur stratégique m’a coûté la troisième place. Après une longue journée de course, je m’élance pour la course aux points. La fatigue se fait ressentir et le mauvais de braquet a raison de moi.

Bilan final : je quitte ces championnats canadiens satisfaite de mes performances. J’ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup au niveau technique et je crois fermement que ces apprentissages me seront très bénéfiques pour ma prochaine saison de course.

Katherine Bergeron