Cette expression a pris tout son sens hier soir alors que les athlètes prenaient part à la dernière étape des Mardis Cyclistes de Lachine puisque Élise avait la troisième marche du podium du classement général dans sa ligne de mire. Pour y arriver, elle devait cumuler plus de points que l’une de ses deux adversaires les plus proches Joséphine Péloquin et à Allyson Webb-Charland, toutes deux de très bonnes coureuses. 

 📸 Kevin Chin

La soirée d’hier a été très mouvementée du côté de la tente de l’ECF: en plus d’accueillir ses partenaires majeurs pour l’occasion, soit Apogée Sport, FBL, la boutique V.LO, Novakin, ainsi que 3 Sphères communications, l’ECF avait également le bonheur d’être l’hôte du 20e anniversaire de l’organisme Cyclo Nord-Sud. Élise, Monica, Katherine et Julie avaient donc comme objectif, en plus de monter sur le podium, d’offrir un spectacle haut en couleur à tous ceux qui se sont déplacés pour venir les encourager. 

Il s’agissait probablement du peloton le plus nombreux de l’année. Cela annonçait donc beaucoup d’actions et de revirements pour la course. Comme à l’habitude, le départ rapide a immédiatement séparé le peloton en plusieurs petits groupes distincts. Malgré le rythme élevé de la course, plusieurs athlètes de la coupe Pro Elite femme étaient encore dans le peloton dont Julie, Élise et Joséphine Peloquin. C’était donc le scénario 2 figuré par Élise qui s’est produit: Élise et Joséphine étaient dans le même peloton alors qu’Allyson n’y était plus. Il faut savoir que durant toute la semaine précédent la course, Élise avait établi tous les scénarios possibles pour le dénouement de la course, et savait exactement quoi faire dans chacune des situations. 

Scénario 1 (le scénario idéal): le rythme de la course est assez élevé que Joséphine et Allyson ne sont pas en mesure de tenir le peloton masculin. Élise se retrouve alors seule dans le peloton principal.

Scénario 2: Joséphine et Élise sont dans le peloton principal alors qu’Allyson n’y est plus. Élise doit donc faire assez de points au sprint pour aller dépasser le pointage de sa compatriote en rouge. 

Scénario 3 (le pire): Les 3 athlètes parviennent à rester au sein du peloton masculin. Dans cette situation, la guerre aux points était lancée. Élise devait faire des points sans que ses adjuvantes n’en fassent. 

 Alors que le scénario 2 se produisait, Élise savait qu’elle devait disputer tous les sprints intermédiaires ainsi que le sprint final pour récolter le plus de points possibles. Après avoir passé une bonne partie de la course à l’avant du peloton, sa coéquipière lui a donner la chance de profiter de sa roue pour le sprint final. 

 

Durant les deux derniers tours, mes jambes ont complètement barrées, je n’était plus capable de pousser des watts. Sans Julie, je n’aurais jamais été capable de franchir le fil d’arrivé en 4e position. 

Élise

Après la course, l’excitation était à son comble. Est-ce qu’Élise avait accumulé suffisamment de points pour se glisser au 3e rang ? Tous les supporters présents attendaient avec impatience la comptabilisation des points pour savoir si nous allions avoir une coureuse dans le top 3 cette année. 

Finalement, c’est sur la troisième marche du podium, avec une bouteille de champagne en main que la saison des Mardis s’est terminée. 

Je n’aurais pu demander mieux pour terminer la saison, cette saison qui n’avait pas très bien débutée pour moi. Depuis que j’ai commencé à faire les Mardis Cycliste de Lachine (à l’âge minime), mon plus grand rêve était de faire un podium au Lachine. Jusqu’à mon entrée à l’université, je n’avais pas raté aucun mardi. Cette saison, mon rêve ne s’est pas juste réalisé 1 fois, mais bien 3 fois. En plus je fais un podium au classement général. Je n’aurais pu demander mieux. À toutes les minis moi qui vont lire ce race report, parfois c’est difficile, mais il faut toujours persévérer car on finit toujours par accomplir nos rêves.

Toute cette aventure n’aurait pas pu être possible sans la contribution de tous les partenaires. Nous en sommes donc extrêmement reconnaissantes.

Crédit photo : Guy Pelletier (Novakin)